Portrait signé de Mallarmé - Anne Barthélemy
Portrait signé de Mallarmé
Le musée départemental Stéphane Mallarmé m'a passé commande d'une photo évoquant le signe personnel de l'écrivain Stéphane Mallarmé en Langue des Signes Française.

Ce portrait est présenté lors de l'exposition thématique "Portraits de Mallarmé, de Manet à Picasso" au Musée Départemental Mallarmé de Vulaines-sur-Seine (77), près de Fontainebleau, du 14 septembre au 16 décembre 2013.
Il fera ensuite partie de la collection permanente du musée.

Texte de présentation écrit par le musée, publié dans le catalogue d'exposition :

Photographe indépendante, Anne Barthélémy a orienté son travail vers le reportage documentaire autour de thématiques sociales et culturelles. En 2012 elle réalise un projet
photographique autour de la langue des signes française (LSF) à travers 86 images. Ses Portraits Signés montrent des sourds signant leur « signe-prénom » en LSF, mais également des mots importants de leur vie ou des propos touchant la communauté sourde.

Signe personnel de Stéphane Mallarmé en Langue des Signes Française est une commande du musée Mallarmé. Par ce portrait, le musée a souhaité montrer le signe en LSF de Stéphane Mallarmé.

Dans la communauté sourde, les personnes sourdes ou entendantes ont trois noms : les prénom et nom d’état civil et un «signe-prénom» ou «signe». Ce signe iconique a pour but de décrire la personne qui le porte sans être péjoratif. Il est choisi en fonction d’une particularité physique, d’un trait de caractère ou d’une passion et est associé généralement à la première lettre du prénom « français » de la personne.
La langue des signes étant une langue visuelle, il est plus aisé et esthétique de faire son signe que d’épeler son prénom en utilisant l’alphabet de la LSF. Aussi, lorsque deux personnes discutent d’une autre personne il est admis de faire le signe de cette dernière.

Le signe choisi pour le poète est le châle offert à Mallarmé par Méry Laurent. Mallarmé était en effet très frileux et nombreux sont ceux qui témoignèrent d’un Mallarmé, durant ses fameux « Mardis littéraires », portant son châle sur ses épaules. Le signe se décompose en deux parties. Les mains, fermées en bec, sont dans un premier temps placées au niveau des épaules. Puis, elles glissent en formant un « V » vers le centre de la poitrine. Ce signe définit « Stéphane Mallarmé ».
En fixant le signe de Mallarmé, Anne Barthélémy a créé ce portrait éphémère du poète puisque chaque personne reproduisant le signe de Mallarmé crée un nouveau portrait.
Top